Notre vie à trois de Colline Hoarau

Hello, j’espère que vous allez bien ! Aujourd’hui, je vous parle du livre « Notre vie à trois » de Colline Hoarau.

Résumé

Regards croisés d’un patient et d’une impatiente en lien avec la maladie de Parkinson. C’est une vraie histoire ancrée dans une réalité ni drôle, ni éplorée. Elle est, tout simplement, sans artifice, comme l’authenticité de la vie. Vous serez embarqué dans ce dialogue, l’un faisant écho à l’une.

Ce texte est poétique et entraînant sans nous essouffler. Les mots semblent propulsés pour dire justement ce qu’il faut et rien de plus. Vous n’échapperez pas à la formidable leçon de vie offerte à chacun. Car rien ne sert de geindre, il suffit d’agir et d’avancer.

Ce second roman de Colline Hoarau est un hymne à la vie.

On en sort grandi, voire embelli.

Mon avis

Les premières pages donnent le ton et nous confrontent à la maladie de Parkinson. Comme beaucoup, je connaissais la maladie de nom et son principal symptôme : le tremblement.

« Notre vie à trois » c’est l’histoire d’Achille et de sa compagne Orchidée après l’annonce du diagnostic de la maladie de Parkinson. Au fil des pages on découvre le quotidien d’une personne souffrant de la maladie de Parkinson et de sa femme devenue aidante. J’ai d’ailleurs beaucoup aimé avoir ces deux points de vue, car j’ai trouvé qu’elles se complète à la perfection. En effet, chaque personne appréhende la maladie d’une façon différente, mais on se s’aperçoit rapidement que la souffrance est commune. C’est le cas pour Achille et la maladie, mais également pour Orchidée qui met tout en oeuvre pour soulager son compagnon.

L’autrice aborde le thème de la maladie de Parkinson avec justesse, sensibilité, réalisme sans rentrer dans un jargon médical. En effet, elle explique les choses avec des mots simples, ce qui permet de se rendre rapidement compte de ce qu’est la maladie.

J’ai beaucoup aimé la lecture de ce roman qui m’a appris beaucoup de choses sur la maladie elle-même.

La plume de l’autrice est fluide et simple.

Je remercie l’auteure pour l’envoi de son roman en service presse et la dédicace.

Citations

« J’avais le bras et la jambe gauche raides et tendus comme un piquet difficile, presque impossible à plier. On pourrait presque dire que ce côté était engourdi, presque inerte. »

« Je ne sais pas quels sont les effets des médicaments sur la maladie mais ce que je subodore, c’est l’effet incontestable d’un accompagnement quotidien, d’une attention permanente et d’une assistance adaptée. Je sais que l’amour reçu a autant d’effet bénéfique sur le bien-être, si ce n’est plus, que n’importe quel traitement. »

« Il y a des moments que l’on peut revivre dans sa tête avec précision. On sait où on était lors des attentats du 11 Septembre, lors de l’annonce du décès d’un grand personnage qu’on admirait. »

Un commentaire sur “Notre vie à trois de Colline Hoarau

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :